La DHEA : l’hormone anti-âge

La DHEA est l’objet d’un débat passionné concernant ses propriétés anti-vieillissement et l’opportunité de l’utiliser en complémentation régulière, comme cela se pratique couramment aux Etats-Unis. Certains contradicteurs vont même jusqu’à dire que la DHEA est inutile (qu’elle n’aurait pas d’impact sur le vieillissement) ou qu’elle présenterait des dangers.

Une des raisons essentielles de cette controverse est due au fait que les effets de la DHEA se constatent essentiellement à long terme. Elle n’a pratiquement pas d’effets à court terme (une semaine par exemple).

Diverses études ont démontré une corrélation entre DHEA et longévité chez les hommes âgés[Maz01]. Cela ne démontre pas une relation de cause à effet, mais le résultat incite fortement les hommes à recourir à la complémentation du taux de leur DHEA s’il est bas. La relation de cause a effet a par contre été largement démontrée sur les animaux (souris par exemple).

La DHEA est l’hormone stéroïdienne la plus abondante dans le corps humain. Son niveau atteint son maximum à vingt ans et chute ensuite fortement.

L’ostéoporose, les maladies cardio-vasculaires, le sida, les maladies auto-immunes, la maladie d’Alzheimer, le cancer du sein, les maladies de la thyroïde, les cancers ou le diabète sont beaucoup plus fréquents chez les personnes ayant de faibles niveaux de DHEA. Des études sur des personnes de plus de 90 ans montrent que ceux qui atteignent cet âge ont des niveaux de DHEA plus élevés que la moyenne.

On peut augmenter ses niveaux de DHEA par divers moyens :

  • par l’exercice physique
  • par une alimentation appropriée
  • par une diminution du stress
  • par la supplémentation

Les avantages de la DHEA[Nut04'] (dossier de l’organisme « Life Extension », avec 160 références scientifiques qui permettent d’étayer chaque point) ne se constatent que sur des études à long terme (plusieurs mois) et typiquement pas sur les études de deux semaines. Egalement il faut noter qu’ils se constatent pour des doses destinées à restaurer les niveaux de DHEA de la personne jeune (donc sans créer de surdosages). Voici une liste des effets mesurés par des études scientifiques de long terme :

  • Augmentation la masse musculaire tout en diminuant la masse grasse, en stimulant la sensibilité à l’insuline, et la disponibilité de la carnitine (qui sert à brûler les graisses). Remarque : les personnes obèses ont un taux de DHEA plus bas que la moyenne
  • amélioration la sensation de bien-être, la libido, diminution des risques de dépression
  • amélioration de la réponse du système immunitaire
  • amélioration de la mémoire
  • diminution de 48 % de la mortalité cardio-vasculaire (moindre agrégation des plaquettes, réduction des lipides dans le sérum, meilleure sensibilité à l’insuline, meilleure fonction endothéliale, baisse du LDL cholestérol et du cholestérol total) de 36 % de la mortalité générale toutes causes confondues pour une augmentation de 100 µg/dl du taux de sulfate de DHEA
  • diminution du risque d’affections de la thyroïde
  • diminution des maladies du foie
  • augmentation de la densité osseuse, diminution du risque d’ostéoporose
  • diminution du risque de la maladie d’Alzheimer, amélioration des symptômes de la schizophrénie
  • diminution du risque de diabète (meilleure sensibilité à l’insuline, baisse du taux de graisses de l’organisme)
  • stimulation du système de réparation des cellules endommagés de l’organisme (fonction anabolique)
  • diminue le taux de cortisol (hormones du stress, qui a pour conséquence la destruction de certains tissus si elle se trouve en quantité trop importante). Inhibe la conversion de la pregnénolone en cortisol.
  • diminution du risque de cancers du foie, des glandes surrénales, du pancreas, du sein, des poumons, de la thyroïde, du colon, de la peau, des tissus lymphatiques, de la prostate : en favorisant l’apoptose (mort cellulaire programmée par l’organisme) des cellules malignes et anormales, diminuant la production d’oxyde nitrique, diminuant le niveau de gènes mutants p53, augmentant la production de cytokine IL-2. Les personnes cancéreuses ont un taux de DHEA plus bas que la moyenne
  • amélioration de l’hydratation de la peau, ce qui la rend plus douce. Amélioration de la pigmentation de la peau par stimulation de la production de mélanine de la peau, meilleure aptitude naturelle au bronzage. Augmentation des phéromones secrétées par la peau, et donc attirance sexuelle plus forte [Her02]

Pour ce qui est de la sécurité d’usage, des études d’un an et plus sur des centaines de volontaires n’ont pu déceler aucune conséquence négative de la prise de DHEA à des doses de 25 mg et 50 mg par jour (par contre des effets bénéfiques ont bien été constatés à partir de doses de 5mg par jour). Le seul risque connu concerne l’interaction médicamenteuse dans deux cas: les femmes prenant du tamoxifen (anti-estrogène), les hommes étant traités pour le cancer de la prostate avec un bloquant de la testosterone.

La DHEA est une substance naturelle qui ne peut pas être brevetée, ce qui rend la supplémentation très économique. Cela explique également le peu d’intérêt des grandes entreprises pharmaceutiques pour ce produit.

Le taux de DHEA dans l’organisme peut être mesuré par analyse du sang ou de l’urine.

La 7-kéto-DHEA est une forme de DHEA qui a l’effet le plus efficace sur le système immunitaire, en particulier pour les femmes ayant passé l’âge de la ménopause.

La DHEA est accessible en France sous ordonnance seulement. C’est une anomalie de notre système de santé. Aux Etats-Unis, la DHEA est considérée par le corps médical comme présentant si peu de risques et tant d’avantages qu’elle est en vente libre.

Il est difficile de le dire dans un pays comme la France où le monde médical est jaloux de ses prérogatives, mais la DHEA n’est pas un médicament. Il est essentiel de le souligner. C’est une hormone que notre organisme secrète naturellement. La supplémentation a pour objectif de rétablir des niveaux de DHEA normaux. Le vieillissement les fait en effet baisser excessivement, ce qui accélère l’apparition de nombreux problèmes de santé. La personne qui prend de la DHEA en supplémentation ne la prend pas parce qu’elle est malade. Bien au contraire, tout l’intérêt de la DHEA est qu’elle permet à l’organisme de prévenir l’apparition de maladies liées à l’âge. Toute personne de 60 ans ou plus a un taux de DHEA moitié moins élevé qu’à vingt ans, et peut bénéficier de la prise régulière de la DHEA.