La DHEA, les sports, et l’énergie

La DHEA (déhydroépiandrostérone) est une hormone stéroïde produite par les glandes surrénales. C’est un composant essentiel de la plupart des fonctions physiologiques. L’organisme l’utilise notamment pour fabriquer les hormones sexuelles Testostérone, Oestrogènes et Progestérone. Indirectement,  la  supplémentation  en  DHEA  entraîne  aussi  une  augmentation  du  niveau d’IGF-1 (un métabolite de l’hormone de croissance), ce qui constitue l’une des explications plausibles de ses bénéfices pour la santé.

De nombreux types de stéroïdes sont présents naturellement dans diverses hormones et vitamines. Les drogues connues sous le nom de « stéroïdes anabolisants » sont fabriquées en laboratoire et ont la même structure chimique que les stéroïdes que l’on trouve dans l’hormone mâle, la testostérone. Les effets de musculation (effets anabolisants) et de masculinisation (effets androgéniques) de ces drogues les rendent attrayantes pour les athlètes et culturistes.

Les « suppléments » de stéroïdes comme la déhydroépiandrostérone (DHEA) sont transformés en testostérone ou en un composé similaire dans le corps. Bien qu’il n’existe que peu de travaux de recherche sur les suppléments de stéroïdes, si ces derniers sont absorbés en grande quantité, ils auront probablement les mêmes effets et effets secondaires que les stéroïdes anabolisants. La DHEA circule dans le corps principalement sous sa forme hydrosoluble, le sulfate de DHEA (DHEA-S) que l’on peut aisément mesurer par des tests salivaires. En dehors de son rôle comme précurseur des hormones sexuelles, la DHEA est en relation inverse à la production d’hormones corticostéroïdes, qui sont produites par les glandes surrénales en réaction au stress. Or, le stress est un facteur essentiel du déclin de la DHEA, dès l’âge de 30 ans, s’accompagne d’une susceptibilité accrue aux maladies, qui va de pair avec l’accélération du vieillissement.

La supplémentation en DHEA peut commencer entre 35 et 45 ans pour les individus particulièrement fatigués, stressés ou immunodéprimés. Les moins de 30 ans ont généralement des niveaux de DHEA suffisants et ne devraient en prendre que si leurs analyses révèlent une insuffisance ou si leur thérapeute le leur conseille. A l’âge de 40 ans, le niveau de DHEA n’est plus que la moitié du niveau optimal, et à l’âge de 75 ans il a décliné de 80 à 90%.

Les principaux bénéfices de la supplémentation en DHEA sont : une amélioration importante et rapide du niveau d’énergie et de la vitalité, perceptible après quelques semaines seulement chez 82% des femmes et 67% des hommes (d’après une étude réalisée à l’Université de San Diego, Californie), une stimulation du système immunitaire qui renforce la résistance aux maladies, une meilleure résistance au stress, une modulation des autres fonctions hormonales, qui peut contribuer à réduire les troubles associés à la ménopause et à l’andropause, une réhydratation cutanée améliore ainsi la production de sébum (corps gras permettant à la peau de garder sa souplesse et de se défendre contre les agressions microbiennes et de l’environnement général).

Les bienfaits de la DHEA pour le bodybuilding sont: une diminution de la pigmentation liée au vieillissement, en particulier au niveau du visage, amélioration des tissus osseux (surtout chez les femmes), intéressant pour l’utilisation en prévention des fractures osseuses spontanées chez les personnes âgées, une libido accrus (fréquence des rapports, désir, signes physiques ou psychiques), et une diminution de la masse graisseuse et augmentation de la masse musculaire.