La DHEA et les pathologies

La DHEA est une hormone mâle, appelée dihydroépiandrostérone. d’où son action  sur la libido, chez  la femme de… 70 ans et plus. LA DHEA existe bel et bien à l’état naturel dans notre organisme, puisque c’est une substance qui fait partie de la chaîne de fabrication des androgènes, donc des hormones mâles, parmi lesquelles se trouve la testostérone.

La DHEA est prescrite à dose pharmacologique (dosage élevé) dans le traitement du lupus érythémateux disséminé (maladie auto-immune rare), de la polyarthrite rhumatoïde et le syndrome dépressif. A dose physiologique (on rétablit le taux que l’on devrait avoir normalement), elle est indiquée en cas d’insuffisance surrénale et d’andropause.

Mais selon le Pr Römler, endocrinologue à Munich, la DHEA a une action positive sur l’ostéoporose, un effet cardio-protecteur, elle augmente la masse musculaire d’où notamment des effets documentés en cas de sclérose en plaques, et elle diminue la masse grasse d’où son intérêt également en cas d’obésité.

La DHEA protège le derme, elle diminue notamment le nombre de tâches cutanées dues aux expositions solaires, améliore l’état et l’épaisseur de la peau. C’est un anti-dépresseur, un anti-stress et un stimulant de l’immunité.
Concernant le système cardiovasculaire, la DHEA augmente la sensibilité à l’insuline, laquelle diminue naturellement avec l’âge, ce qui est à l’origine d’un risque accru de diabète, d’hypertension et de syndrome métabolique. En augmentant la fibrinolyse (dissolution des caillots sanguins), la DHEA diminue aussi le risque de thrombose et donc d’accident vasculaire cérébral.

A ce jour il n’y a aucune donnée concernant le risque de cancer du sein. Pendant longtemps en France, il a été dit, par mesure de précaution, qu’il ne fallait pas donner de DHEA à une femme ménopausée qui suit un traitement hormonal substitutif (THS). Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il est possible de coupler le THS et la DHEA, mais à la stricte condition d’un suivi biologique régulier permettant de contrôler les effets de la DHEA sur le taux d’estrogène. Et si celui-ci devient trop élevé, il convient alors de diminuer la concentration en estrogène du THS.